•  
  • Informations
  • Règlement par chèque bancaire ou postal - VAD par CB sur demande
  •  

Les auteurs en quelques mots…

Adonis

Poète arabe, né en Syrie en 1930. Professeur de littérature arabe à l'Université de Beyrouth, puis délégué permanent adjoint de la Ligue des Etats arabes auprès de l'Unesco, en 1989. Après avoir fondé à Beyrouth les revues Chi’r (1957) et Mawâqif (1968) – qui avaient pour but de libérer la poésie arabe du carcan de la tradition et de l’ouvrir aux influences étrangères – Adonis a largement contribué à l’invention d’une véritable modernité arabe et à sa reconnaissance en Europe comme aux Etats-Unis.A publié de nombreux ouvrages traduits en plusieurs langues, Adonis est également critique, traducteur. De plus, il a réalisé des créations plastiques, calligraphies et collages inédits qui font partie intégrante de son œuvre. Parmi son œuvre variée : La forêt de l'amour en nous, Mercure de France (2009), Une histoire qui se déchire sur le corps d'une femme,Mercure de France (2008), Corps Al Manar (2007), Célébrations,La Différence (2005), Commencement des corps, fin de l'océan,Mercure de France (2004), Les chants de Mihyar le Damascène, suivi de Singuliers,Gallimard (2002), Amitié, Temps et lumière,Obsidiane (2002).

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Hervé Bienfait

Lille, Paris, Marseille, la mer, Le Havre, Grenoble, le Vercors…Après la philo, la mécanique des cargos et la marine marchande, j’ai prêté ma plume un jour à un marin étranger qui, sur le banc des accusés, clamait son innocence (L’autre victime, chez Siloé).Libéré, écrivain, j’ai quitté les ports, traversé des villes, leurs lumières et leurs prisons. J’y ai animé des ateliers d’écriture. Je me suis mis à d’autres livres. Certains assemblent des témoignages : Lustucru de Grenoble (éditions Musée & Patrimoine), Bouchayer & Viallet (Libris), Villeneuve de Grenoble (Cnossos), Papetiers du Grésivaudan (Cnossos), Ecoles en Diois (PUG). J’ai gravi l’étage de la montagne et j’ai repris mes voyages à travers le roman : Le Dernier supply (Thot)), Tignes, un chemin sous le lac (CLC) et Alexa Z., avocate (auto édition). J’ai engagé le dialogue de la poésie avec des artistes : Planètes (livret d’une œuvre musicale de Louis Bard), Désert (carnet de voyage, aquarelles d’A.-Marie Barde), Dans les arbres (livre d’artiste à La Petite Fabrique avec A.-Laure H.-Blanc, graveur), Maden, Maden avec eOle (lithographies) et Sur la Terre comme au Ciel, ici-même avec Juliet C.hervebienfait@sfr.fr

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Jeanne Cordelier

Elle est née à Paris en 1944, a débuté en littérature avec La Dérobade paru en 1976 chez Hachette littérature, roman traduit en dix-sept langues et adapté au cinéma. En 1980, après le succès tant littéraire que commercial de ce premier livre, l'auteure quitte le milieu parisien de l'édition et son pays pour s'installer en Suède où elle a vécu 17 ans. 17 ans ponctués de voyages à travers le monde où elle a accompagné son mari, conseiller de la coopération internationale du développement. Diplômée d'un certificat d'études primaires, Jeanne Cordelier est une authentique autodidacte. à ce jour, elle a publié seize ouvrages et écrit quatre pièces de théâtre dont deux ont été jouées. Aux éditions de la souris, elle a collaboré au recueil collectif Gladiateures (2010).

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Juliet C / Jean-Christophe Debout

Après des études d’arts et de lettres modernes, Jean-Christophe intègre plusieurs agences en communication comme graphiste-illustrateur en province puis à Paris. Plus tard, il tente l’aventure artistique en indépendant, notamment dans l’univers culturel des magazines, des théâtres et des maisons d’édition en réalisant des dessins de presse, des affiches originales et des couvertures de livres.

Dès 1988, il signe sous son pseudonyme Juliet C. plusieurs séries d’illustrations et de sérigraphies aux Éditions du Pythagore (Escales, Café Syracuse en octobre, la fureur de lire,…)

En 1995, il s’installe en Ardèche et participe à la création des Editions Manon, pour lesquelles il réalisera le bimestriel “À l’ombre du rocher”, carnet d’expression ainsi qu’une série de nouvelles parues dans le livre collégial Ordinaire Café. En 2006, il signe aux Éditions de la souris pour une collection de marque-plumes et crée le personnage Marco Folio. D’autres séries de cartes sont également éditées comme Variations autour d'un arbre en format 15x15. En 2010 paraît Je fais un rêve qui sera suivi de Une île, nouvelle et peintures. Les Éditions du lampion lui commandent les illustrations du livre Journal d’Eve et d’Adam de Mark Twain puis celles de Kanak de Thiosse, chroniques publiées en 4 tomes entre avril et octobre 2011 D’autres ouvrages illustrés sont prévus aux Éditions de la souris, ainsi que plusieurs expositions de dessins originaux.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Stéfani Debout

Formée aux métiers de l’image et des arts graphiques, Stéfani Debout réalise depuis 2002, livres, brochures, plaquettes, affiches, sites internet et chartes graphiques pour des institutions culturelles, des éditeurs et des structures associatives et privées. Cette relation privilégiée avec l’univers de la création lui permet d’échanger avec un certain nombre d’auteurs et d’artistes de tous horizons confondus. Riche de ces rencontres, Stéfani crée en 2006, avec son frère Jean-Christophe, les Éditions de la souris, label de création et de production qui verra rapidement naître le fruit de cette complicité artistique entre les différents protagonistes, rejoints bientôt par d’autres auteurs, poètes et plasticiens.

Si Stéfani Debout est directrice des Éditions de la souris, elle est aussi et avant tout photographe, promenant sur les chemins buissonniers du Monde, sa sensibilité, son œil humaniste et son indéflectible enthousiasme. De ses voyages, Stéfani a rapporté des portraits, témoignages touchants de peuples discrets et magnifiques perdus dans les montagnes d’Asie ou surpris dans la chaleur indolente des caraïbes, des paysages et des couleurs superbes qui nous transportent dans la poésie du regard, parfois jusqu’au vertige. Sont parues dans la collection des marque-plumes, les séries From Cuba, Vietnam, les enfants de Sapa, Entre terres et vents. Stéfani a également signé une série d’œuvres de composition picturale et végétale Les jardins de traverse dans la collection de cartes 15x15. Puis en 2010, elle collabore au recueil collectif Gladiateures et au carnet de voyage Sur les chemins de Birmanie avec les textes de son amie et auteure Monica Inard.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Jean-Paul Dousse

Jean-Paul Dousse est poète à ses "riches" heures, nous humains, ne sommes-nous point tous poètes ? Dilettante, amateur, il va nez au vent parmi les jours et les jours. Dans sa sacoche, un stylo, mais aussi des pinceaux, du papier, et quantité de livres. Il parle aux bambous, il écoute les fleurs. Etranger, c'est là ce que dit son nom, celui qui vient d'ailleurs, il lève les yeux, il interroge les nuages, les merveilleux nuages.

Libéré du doux carcan de la jeunesse et de son ignorance, il découvre enfin nos âmes aussi vastes que les cieux.

Quelques maisons d'édition ont accueilli ses modestes traits de plume : Voyageant parmi les nuages, Editions Sully, Vannes 2013 ; Le jardin du lettré, Editions Alternatives, Paris 2004 ; L'esprit du bonsaï, nouvelle édition, Les Deux Océans, Paris 2003 ; Dresser des pierres, planter des bambous, Les Deux Océans, Paris 2002 ; Au sud des nuages, Les Deux Océans, Paris 2001 ; L'esprit du bonsaï, Nathan, Paris 1993.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Vanina Gallo

Il y a une quarantaine d’année, Dieu fit naître une créature Fille ; elle passa ses années de jeunesse à vouloir plaire à sa mère, à lire et à se poser des questions sur les garçons. Après être devenue Mère à son tour, elle décida de devenir Femme et d’aider les hommes et les femmes à devenir des êtres à part entière, les encourageant à réaliser leurs rêves d’enfant et d’adulte.

Douée pour le dessin et l’écoute, sensible à la beauté et à la lumière, douce et déterminée, affichant sa créativité et sa féminité, elle contribue ainsi à la conscience et sagesse collective, en facilitant l’épanouissement de ceux qui la choisissent.

 www.vaninagallo.fr

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Yvette Goypieron (dite Marie)

A la retraite et libre de mon temps, j'aime lire, écrire, raconter, écouter, apprendre aussi. Je participe à des ateliers de slam, d'écriture, ponctuellement à des rencontres d'écrivains. Le slam présente de la poésie orale dans des sites inhabituels ; le slam donne la parole à tous avec une liberté totale de style, des genre, de sujet traité. J'aime me retrouver dans ces groupes multi-âges où l'expression écrite est simplifiée, vite orale et applaudie, reconnue dans son immédiateté. Je fréquente chaque semaine l'atelier slam du théâtre de Chaumont et chaque mois, un atelier d'écriture. Mes parutions : La ronde (épuisé / Les éditions de la Souris, 2006), Douces années (recueil de poésies). En préparation : 100 Slams avec Nico et Dago, Les Aventures de Mus Musculus la Souris.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Touria Ikbal

Touria Ikbal vit et travaille à Marrakech au Maroc. Elle est poète, traductrice et chercheuse en soufisme. Lauréate de la faculté des sciences de l’éducation et titulaire du diplôme d’études supérieures en gestion, elle travaille depuis une dizaine d’années sur l’économie de la sainteté et la gestion du sacré. Elle a traduit en français plusieurs poètes marocains et arabes. Elle a, par ailleurs, traduit en arabe des œuvres dont le roman Allah n’est pas obligé de Ahmadou Kourouma. Touria Ikbal a également publié ses propres recueils de poèmes en langue française : Propos précoces, L’épître du désir, Fulgurations et Jusqu’au petit matin. Ses poèmes sont parus dans plusieurs anthologies. Elle a participé à plusieurs rencontres, conférences et séminaires notamment sur les thèmes de la spiritualité, la poésie et la traduction au Maroc, dans plusieurs pays arabes, européens et en Amérique. Elle est membre fondateur de l’association Al Muniya pour la préservation et la revivification du patrimoine du Maroc qui organise annuellement le Festival des rencontres et musiques soufies à Marrakech. En novembre 2011, elle a été élue députée au parlement marocain où elle est membre de la commission de la culture, de l’enseignement de la communication.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Monica Inard

J’arpente le monde sur les ailes du destin. Je suis maîtresse-nageuse ou secrétaire, journaliste ou correctrice, mamie-sitter ou poétesse. La vie grave depuis plus de 50 ans les sillons de mon visage et tisse les fils d’argent de ma chevelure.

Réalisations livresques : Sur les chemins de Birmanie, textes sur des photos de Stéfani Debout, novembre 2010, éd. de la Souris ; 5 balades patrimoniales, juin 2002, éd. service du Patrimoine de Saint-Martin-d’Hères. Collaboration à la revue Bacchanales (2002-2005) et aux ouvrages du service du Patrimoine de la ville de Saint-Martin-d’Hères (2002-2011).

Expositions : Le tramway à Gières, Les 150 ans des pompiers volontaires à Gières, 1997, Sur les chemins de Birmanie, Decitre Grenoble, Les 2 Alpes,2010.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Rémi Le Bret

Rémi Le Bret expose ses photos depuis douze ans, de Bretagne en Ardèche,  il pose avec intérêt son regard sur l’être humain. La première présentation de son travail fût une exposition de photos reflétant l’esprit de textes choisis du chanteur, auteur,  Allain Leprest . Il consacre principalement ses prises de vue aux portraits, aux voyages, ceux-ci allant des îles bretonnes à l’Amérique centrale, l’Afrique, le Moyen Orient, l’Asie, l’Europe de l’Est. Début 2009  est né un petit livre de photos d’enfants de ces différents continents   « Rires sous rires » rapidement suivi d’un autre de femmes  « Femmes croisées ».

Ces deux livres ont vu le jour aux éditions de la souris dans la collection « l’ami souris »; rien n’ayant un point final, ces deux livres ont engendré une nouvelle exposition intitulée les femmes et les enfants d’abord  présentée en Ardèche  à Privas, Meyras ( à Meyras en duo avec les peintures de Juliet C.) et Antraigues en 2010.

Il est aussi l’auteur des photos du livre  Le lièvre bleu  écrit par Patrice Rigaud, d’une plaquette et du livret intérieur du CD de « Natacha Ezdra chante Jean Ferrat », ses photos sont aussi apparues dans, des livret de spectacle, CD et  partitions du chanteur Allain Leprest, livres sur le peintre Jean Saussac, l’homme de théâtre Guy lauzin et dans différents catalogues.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Chantal Legendre / Chanath

Chantal Legendre Chanath est une artiste sans limites, elle écrit, elle peint, elle grave, elle sculpte, terre, pierre, verre.

Ses thèmes favoris sont l'expression du corps, le paysage poétique ou onirique, la liberté fondamentale de l'être.

Elle expose en France comme à l'étranger.

Chanath apprécie également les collaborations entre créateurs où chacun partage son savoir-faire, dans le cadre de manifestations artistiques.

Elle réalise des livres d’artiste et aujourd’hui une vingtaine d’éditions présentent son travail, dont, aux Editions de la souris : La forêt de l'amour en nous, poèmes d'Adonis, peintures sur verre de Chanath (2012) ; Oasis, recueil bilingue, poèmes en correspondance avec Touria Ikbal, peintures sur verre de Chanath, traduction en arabe de Touria Ikbal (2012) ; A l’orée du temps, poèmes en correspondance avec Touria Ikbal, calligraphies Chanath (2010) ; Gladiateures, recueil du collectif «Gladiateures», contre les violences faites aux femmes (2010) ; L'arbre en soi, conte, accompagné des encres de Marion Sellenet (2009).

www.chantallegendre-chanath.com

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Marie-Zoé Legendre

Marie-Zoé Legendre a grandi au sein de l'atelier de peinture et de sculpture familial où elle s'initie à la création plastique. Elle réalise ses premières expositions personnelles et collectives en 1999, suite à l'illustration d'un recueil de poésie (Maison de la poésie Rhône-Alpes). Ces premiers travaux lui ouvrent les portes de l'école d'arts appliqués de Lyon. Elle rejoint ensuite une école de cinéma d'animation où elle s'initie aux techniques traditionnelles. Elle y réalise son premier film et rejoint l'Atelier de cinéma d'animation d'Annecy (AAA) où elle enseigne le cinéma d'animation depuis 2006. Elle enseigne également au sein de l'Ecla (région parisienne) depuis 2007 et travaille en parallèle comme illustratrice, storyboardeuse, sculpteure et réalisatrice de films d'animation. Aux éditions de la souris, elle a collaboré au recueil collectif "Gladiateures" (2010).

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Marion Sellenet

Marion Sellenet est née en 1988 à Alès dans Les Cévennes. Après un Baccalauréat Arts appliqués à Nîmes, elle intègre les Beaux-arts de Lyon.Chantal Legendre lui propose alors d'illustrer le conte L'arbre en soi. Ce premier projet de publication cristallise son intérêt pour l'illustration.Aujourd'hui, installée à Bruxelles et diplômée de l'Ecole Supérieure Artistique de Saint-Luc, elle réalise des illustrations pour la presse (Kairos, La Garance Voyageuse, Décapage), la poésie (Voix d'encre, Editions Le Tétras-Lyre et dans le cadre du collectif Gladiateures), des projets en collaboration (pochette de disque du groupe Canopée) et des expositions.www.marionsellenet.com

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Maram Al-Masri

Maram Al-Masri est née à Lattaquié en Syrie. Après des études de littérature anglaise à Damas, où le recueil Je te menace d’une colombe blanche paraît en 1984, elle quitte sa terre natale et s’installe à Paris. En 1987, son second recueil Cerise rouge sur un carrelage blanc est publié à Tunis par les éditions L’Or du Temps. Elle a obtenu le prix Adonis. En 2003, les éditions PHI font paraître une traduction française de ce second recueil préfacé par Lionel Ray. Quatre ans plus tard, les éditions Al Manar publient Je te regarde, recueil initialement publié à Beyrouth, qui obtient le Prix de poésie de la SGDL. Je te menace d’une colombe blanche est publié pour la première fois en français par les éditions Seghers en 2008, suivi de près par Les Âmes aux pieds nus (Le Temps des Cerises, 2009), recueil composé de portraits de femmes victimes de violences. Dernière parution : Habitante de la Terre (CD préfacé par Bruno Doucey), éditions Sous la lime, 2010. Aux éditions de la souris, elle a collaboré au recueil collectif Gladiateures (2010).

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Khadija Al-Salami

Elle conquiert son indépendance dès ses premières années, mariée sous la contrainte familiale à l'âge de onze ans. A seize ans, elle obtient une bourse d'études aux états-Unis, où elle se forme à la réalisation cinématographique. Elle soutient sa thèse avec son premier film, sur la condition féminine au Yemen. Khadija devient la première réalisatrice yéménite. Elle a tourné plus d'une vingtaine de films pour diverses télévisions, en France et au Yémen, honorés de plusieurs distinctions dans le cadre de nombreux festivals dans le monde entier. Avec son mari, elle écrit Pleure, ô Reine de Saba, autobiographie de sa jeunesse yéménite. Elle occupe actuellement les postes de conseillère culturelle et de presse, et de directrice du Centre de la communication et culture à l'ambassade du Yémen à Paris. Aux éditions de la souris, elle a collaboré au recueil collectif  Gladiateures (2010).

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Jaleh Chegeni

Née en Iran. Après des études de littérature persane à l’université de Téhéran, elle a quitté son pays et vit depuis 1987 à Paris où elle a étudié la littérature générale et comparée à la Sorbonne. Traductrice de poètes français et iraniens, Jaleh Chegeni a choisi de traduire en français ses poèmes écrits à l’origine en persan ; ceux-ci sont parus dans différentes revues en France et en Iran. Elle a publié des recueils de poèmes qui lui ont valu des échos favorables en France, en Europe et au Canada. Aux éditions de la souris, elle a collaboré au recueil collectif Gladiateures (2010).

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Ebtessam Al-MutawakkelNée en 1970 au Yémen, elle vit aujourd'hui à Sanaa et enseigne la langue et la littérature arabes au département de littérature arabe à l'université de Sanaa. Elle a obtenu un doctorat en littérature à l'université de Rabat au Maroc avec la mention très honorable en 2007. Très brillante critique de la littérature arabe, elle participe d'une manière active et militante à la vie culturelle du pays et aux activités littéraires des pays arabes. Sa poésie, audacieuse et subversive, est d'une grande force linguistique et représente la poésie féminine du pays. Elle consacre son temps à la recherche et à l'écriture et s'emploie activement à faire connaître les écrivains yéménites. Son premier recueil Shadha al-jamr, Parfum de braise, est paru à Sanaa en 1998. Le second, Fal Akon Sadiqat al âila, « Que je sois l'amie de la famille » est paru à Sanaa en 2004. Aux éditions de la souris, elle a collaboré au recueil collectif Gladiateures (2010).

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Fâtima Al-Achabi Elle est née en 1959 à Bayt Al-Achabi au Yémen. Elle a commencé sa vie professionnelle en 1986 comme correctrice puis comme rédactrice dans la rubrique littéraire du quotidien Al-Thawra. En 1987 et jusqu'en 1992, elle fut documentaliste à la bibliothèque de l'université de Sanaa. Depuis 1992, elle travaille au Centre national d'études et de recherches yéménite. Passionnée de poésie depuis son enfance, elle écrit et publie dans différents journaux et participe à des lectures publiques en arabe littéraire et en arabe dialectal. Membre actif de l'Union des écrivains du Yémen, elle est nommée doyenne de la poésie féminine au Yémen. Elle a participé aux festivals poétiques les plus importants dans différents pays arabes. Son premier recueil, C'est Fâtima, est paru en 2000 à Bagdad (Irak). Elle a publié en 2004, à Sanaa, un recueil en poésie dialectale populaire intitulé Al `azf `ala al quyud, « Jouer (ou faire de la musique) avec ses chaînes (ses fers) ». Aux éditions de la souris, elle a collaboré au recueil collectif Gladiateures (2010).

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Leïla IlhanePoétesse yéménite. (aucune biographie disponible). Aux éditions de la souris, elle a collaboré au recueil collectif Gladiateures (2010).

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Houda AyoubD’origine libanaise, traductrice, enseignante de langue et littérature arabe à l'école Normale supérieure, à Paris, elle dirige un atelier de traduction franco-yéménite depuis 1990. Celui-ci a déjà préparé une anthologie de la littérature contemporaine du Yémen à paraître et un recueil de contes du Yémen, Lit de terre lit de verre, édité à l'école des loisirs, Paris 2008. Dans le recueil collectif Gladiateures (2010) paru aux éditions de la souris, elle a traduit les textes de Ebtessam Al-Mutawakkel et Fâtima Al-Achabi. 

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––